Zéro Déchet et place de la femme

Où sont les hoooooommes ???

L’année dernière, j’ai été sollicitée par le magazine PermaGaïa, avec d’autres illustratrices engagées, pour parler de mon engagement écologique et de ce que ça représentait pour moi d’« être Zéro Déchet ». (Tu peux aller lire cet article pour plus d’infos).

Ça m’a donné l’occasion de me pencher sur la question pour dépeindre le portrait de la nana ZD (que je t’ai partagé dans cet article).
Pourquoi « nana » ? Et les mecs, me diras-tu ? Oui bien sûr, il y a des mecs qui sont à fond dans le mouvement ZD, à commencer par le mien (ouf !)

Mais bon, sur ce sujet, je ne te dirai qu’une chose : le ZD, c’est comme les violences conjugales, ça concerne surtout les femmes (pardon pour la comparaison douteuse). Heureusement, le ZD, lui, est globalement positif. Mais ce serait mentir de dire que ça ne rajoute pas de charge mentale, ou de charge tout court.

Cuisiner des produits bruts achetés en vrac, oui c’est le top pour ta santé, pour ton porte-monnaie, et c’est agréable si tu aimes cuisiner. Mais faut pas se leurrer, en général, c’est pas monsieur qui cuisine.

Idem pour faire les courses, le ménage, préparer le pique-nique du samedi ou le goûter des petits, penser à emporter une gourde d’eau en balade parce qu’on est la seule à avoir un sac sur soi, on sait bien qui ça concerne, dans la plupart des familles.

D’ailleurs, il est amusant de noter qu’alors que PermaGaïa avait contacté des illustrateurs et illustratrices pour témoigner de leur engagement écologique, au final, seules les femmes ont répondu présentes.

Illustration réalisée pour Les Audacieuses

Certains disent que l’écologie « quotidienne » est un retour en arrière quant à la place de la femme dans la société (voir ce magnifique article de Nora Bouazzouni sur Slate). Je comprends totalement ce discours, et je le partage d’un point de vue intellectuel, mais je ne me sens pas concernée par cette situation (pourtant si si, je suis bien une femme).

Pourquoi ?
Sûrement parce que je n’ai pas d’enfants et que mon « fardeau domestique » est beaucoup plus léger que pour les mères de famille.
Sûrement aussi parce que j’ai un couple équilibré dans le partage des tâches domestiques, même si je pense prendre plus de part de charge mentale.

Mais surtout parce que pour ma part, depuis que je m’intéresse à l’écologie et au ZD, je me sens :

  • plus libre de mes choix de vie (minimalisme, nomadisme, travail indépendant…)
  • plus consciente du monde qui m’entoure
  • moins conditionnée et moins réceptive aux messages des marques et des industriels
  • en meilleure santé
  • plus heureuse et plus alignée.

Tout ça grâce à une gourde et un mouchoir en tissu, ou presque 😉

Je ne suis donc pas en train de te dire que le ZD est une régression ou un fardeau, loin de là. Ce qu’il a apporté dans ma vie vaut largement le poids qu’il peut avoir parfois.
Mais ce sentiment est très personnel, et dans tous les cas, ça serait top de voir les hommes un peu plus engagés et actifs sur la question !!!

Tu en penses quoi de ton côté ?

Partager l’article ✨

1 commentaire

  1. Je suis tout à fait d’accord, mais c’est une raison pour lesquelles nous ne voulons pas d’enfant: on est tous les deux conscient que l’ajout de charge mentale et de taches reposerait surement en grande part sur moi.
    Mais le ZD est aussi ce qui a permis de retirer une partie de ma charge mentale en nous faisant questionner à deux nos habitudes et nos envie. Et puis chez moi c’est monsieur qui cuisine, ca aide à équilibrer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *