Peut-on se dire écolo et prendre des bains ?

J’ai un plaisir coupable et presque inavouable, du genre qui peut te faire passer dans l’esprit des gens pour une fille superficielle et qui massacre la planète pour son propre plaisir. Rien que ça, ou presque.

Allez, je te l’avoue ici. Je prends des bains.

Je ne suis pas pour autant du genre « Donnez-nous aujourd’hui notre bain quotidien », je joue plutôt dans la team Bain du dimanche. Tu sais, celui qui dure 2h et au bout duquel, quand t’étais gamine, tu avais toujours un papa taquin qui te demandait à travers la porte « Eh ben, t’as été aspirée avec l’eau du bain ? »

Un plaisir non quotidien et non indispensable, mais dont j’aurais pourtant du mal à me passer définitivement. J’ai dit adieu à la viande plus facilement que je ne dirais adieu à ma séance trempette.

D’ailleurs, quand on a acheté le bateau sur lequel on vit maintenant, ce n’est pas le placard minuscule qui allait me demander de diviser par deux ma garde-robe déjà très réduite, ni la hauteur sous-plafond ridicule qui m’ont fait tiquer. Je me suis uniquement dit « Zut, y’a pas de baignoire. »
Oui je sais, j’ai des problèmes difficiles dans ma vie, et oui je sais, en même temps, une baignoire sur un bateau… 

Tu seras donc ravi.e de savoir que depuis que j’y ai emménagé, mon péché hebdomadaire est devenu un péché très, très, très occasionnel.

Je fais maintenant deux trucs étranges : 

  • Je prends des bains chez les autres. Si je vais en weekend chez quelqu’un qui a (le veinard !) l’équipement tant convoité, tu peux être sûr.e que je vais réquisitionner sa salle de bains.
  • Quand je cherche un airBnB ou une chambre d’hôtel, je checke si par hasard, il n’y aurait pas une baignoire…

Cachez ce bain que je ne saurais voir

Comme si tout ça n’était déjà pas assez compliqué, le regard des gens sur cette info somme toute pas passionnante (« Je prends des bains ») ne laisse jamais de m’étonner.

Chaque fois que je le mentionne, il y a toujours quelqu’un – et en général, pas une personne des plus écolospour me dire « Ah mais les bains, c’est un crime écologique ».
Mmmhh, c’est-à-dire ???
Quand on parle de crime écologique, tu veux dire, du même genre que raser les forêts tropicales pour y faire pousser de l’huile pour ton Nutella, « élever » 1000 bœufs au m2 pour garnir ton burger, ou produire du bon vin aux pesticides pour que tu passes un bon samedi soir ? T’es sérieux.se ?
Je crois même qu’en pleine époque Nabila, on a dû me sortir un « Non mais allô, tu te dis écolo et tu prends des bains ? » L’angoisse.

Mais sérieusement, un bain peut-il vraiment anéantir tous mes efforts de bobo écolo en moins de temps qu’il n’en faut pour le prendre ?
Il est temps de sortir des chiffres, des vrais, pour faire le bilan du combat Bain VS Douche.

Un bain vaut mieux que deux douches tu prendras.

Après une rapide enquête sur le web, les chiffres sont formels : une douche consomme 5 fois moins d’eau qu’un bain.

SAUF.

Sauf si tu prends un petit bain (mais on est d’accord, un petit bain tue tout le concept), ou si ta douche fait plus de 8 minutes. Les adeptes des longues douches chaudes n’ont donc rien à envier aux baigneurs invétérés niveau crime environnemental.

RDV en fin d’article pour le télécharger en PDF !

Le compromis écolo

Comme personne ne t’attend à la sortie de ton bain pour mesurer ta consommation d’eau et t’emmener au pilori si tu as dépassé les recommandations officielles, il faut bien dire que l’important tient plutôt dans ta consommation globale d’eau que dans le seul acte de prendre un bain.

Si au quotidien, par exemple, tu :

  • prends des douches rapides (moins de 5 minutes),
  • en coupant bien l’eau quand tu te savonnes / shampouine / chante ton morceau préféré de Mozart l’opéra rock (chacun ses goûts et je ne te jetterai pas la pierre),
  • coupe le robinet quand tu te laves les dents,
  • économise les chasses d’eau,
  • fait attention en faisant la vaisselle,
  • utilises des appareils (lave-linge, lave-vaisselle) économes,
  • a installé des mousseurs sur tous tes robinets pour réduire le débit d’eau,
  • ne lave pas ta voiture tous les weekends,
  • n’achète pas d’eau en bouteille,
  • ne mange pas de viande (l’élevage utilise et pollue de très grandes quantité d’eau qui font passer ton bain pour une goutte de rosée d’un matin de printemps),
  • n’achète pas de coton de Chine dont l’irrigation assèche des fleuves entiers,
  • et j’en passe,

allez, déculpabilise, respire un coup et va te détendre dans un bon bain une fois de temps en temps.
Tu l’as compris, un bain occasionnel ne fait de mal à personne, et beaucoup de bien à soi-même.

The final touch

Pour parfaire son bain à la mode écolo, on utilise bien sûr des produits naturels et bio, aussi bien pour l’hygiène (savon, shampoing et soins) que pour parfumer l’eau du bain : huiles essentielles ou eaux florales par exemple pour remplacer les perles de bains moussantes pleines de produits aux noms imprononçables ou les gommages plein de microbilles de plastique qui finissent tout droit dans l’estomac des poissons.

Avec ça, j’ai maintenant des arguments imparables pour assumer mon bain et répondre à l’enfoiré.e qui me pointe du doigt en soirée.

Et toi, c’est quoi ton acte a priori pas écolo que tu assumes pleinement ?

Télécharge le PDF du comparatif Bain & Consommation d’eau en cliquant ici, à partager sans modération pour faire prendre conscience de sa consommation d’eau quotidienne !

Rejoins la Communauté de la Jungle et reçois chaque semaine plus d’infos sur des projets qui font du bien à la planète, et des ressources illustrées exclusives. Partage moi ton nom et ton mail et clique sur « Je veux diffuser le message ! »

Partager l’article ✨

4 commentaires

  1. Ahah, c’est un sujet ou on m’a reprise plusieurs fois aussi! Genre mes 10 bains par an dont je profite tellement profondement sont une catastrophe écologique… sur tous les sujets, je prone la conscience. De meme, je mange vegan la pluspart du temps, mais si une tranche de saucisson me fait vraiment envie, et que je la savoure, je n’ai aucune culpabilité. Je crois sincérement que si on faisait tout en conscience, la planete irait beaucoup mieux et l’humanité aussi!

    1. Oui, l’équilibre et la conscience de ce qu’on fait, c’est la clé ! Et puis un peu de lâcher-prise aussi, personne ne nous demande d’être parfait ! Ou ceux qui nous le demandent feraient aussi de regarder de leur côté 😉

  2. Hello !
    Si je peux émettre un commentaire critique bienveillant : il est, de mon point de vue, absolument essentiel de fournir les sources sur lesquelles tu t’appuies. Sans accuser ici qui que ce soit de chercher à tromper son audience, en tout cas pas volontairement, il est important que tu offres la possibilité aux gens de vérifier par eux-même les chiffres que tu nous donnes. Donner les sources, c’est dire aux gens « ne me croyez pas sur parole ». C’est une démarche intellectuellement honnête (car l’erreur est humaine et ce serait une erreur que de penser ne pas louper des choses dans ses recherches).
    Alerte ! Précision importante, le monde n’étant ni binaire ni symétrique, dire que « faire Y est une démarche intellectuellement honnête » ne veut pas dire que « ne pas faire Y est une démarche malhonnête ». Cela me semble évident, mais je préfère le préciser 😉
    Bises

    1. Merci Thomas pour ce rappel, tu as fait tout à fait raison ! C’est comme ça que je m’aperçois que mes années de fac commencent à être loin, et que la rigueur académique que j’avais s’est (un peu trop, a priori ^^) relâchée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *