Le Zéro Déchet demande-t-il de s’équiper ?

Quand le serpent se mord la queue

Une des premières questions qu’on se pose quand on se lance dans le Zéro Déchet, c’est sans doute celle-ci :  quand on veut réduire les déchets que l’on génère, en passant à un mode de consommation dit « zéro déchet », est-ce qu’il faut beaucoup s’équiper ?
 Si tu connais déjà un peu le sujet, tu connais surement les fameux sacs à vrac et les bocaux type Le Parfait, qui sont les accessoires incontournables pour acheter puis stocker tes denrées vrac.

Mais s’ils sont à peu près indispensables pour bien démarrer dans la démarche, tout comme investir dans une bonne gourde ou des mouchoirs en tissu, qu’en est-il en revanche…

  • des kits de couverts en bambou et autres pailles réutilisables
  • des lingettes lavables (pour se démaquiller, se rafraichir…)
  • des bee’s wraps ou autres accessoires en silicone pour conserver les aliments
  • des sachets de thé en coton bio réutilisables
  • Etc etc

Fontaine, je ne boirai pas de ton eau…

On s’est tous.toutes laissés séduire par certains de ces objets censés révolutionner ton quotidien sans abîmer la planète.
Par exemple, j’étais très fière quand j’ai investi dans mon set de couverts ZD en bambou, dans sa jolie pochette que je peux emmener partout dans mon sac quand je sors. Je l’ai d’ailleurs tout aussi fièrement dessiné quand j’ai dressé l’année dernière le portrait de la nana ZD, pour le troisième numéro du magazine Permagaïa.

Bon.
Avec le recul, je me dis que franchement, j’aurais aussi bien pu me coudre une petite pochette en tissu, et y glisser des couverts de ma cuisine quand je vais manger à l’extérieur. Moi qui ai donné des TONNES de couverts quand j’ai fait le tri de ma cuisine, je me suis retrouvée à en racheter un lot pour « m’équiper » en zéro déchet.
On a fait plus cohérent, j’admets.

Anaelle Sorignet de La Révolution des Tortues parle très bien de cette aberration, quand pour aller vers un mode de consommation plus raisonné et minimaliste, tu te retrouves à acheter plein de trucs qui ne changent pas beaucoup ta life.
Va lire son article « J’en peux plus de vos putain de pailles écologiques » pour te faire un avis sur la question 😉

En effet, pourquoi acheter de nouveaux objets qui ont le « mérite » d’être réutilisables, quand on peut tout simplement s’en passer ou faire avec ce qu’on a déjà ? Les sirènes du marketing sont décidément magnifiques.
Attention aussi au label « réutilisable » qui te rend vertueux des trucs pas franchement tip top : par exemple, est-ce qu’il vaut mieux acheter un « coton-tige réutilisable » en plastique ou silicone, qui finira de toute façon à terme à la poubelle et qui n’est pas bien recyclable, ou continuer à acheter des coton-tiges jetables en papier ? Je me pose franchement la question.
Pour ma part, j’ai fait le choix d’acheter un oriculi en bois, à la fois durable et compostable en fin de vie, mais certains te diront surement que ce n’est pas pour rien qu’on appelle notre petit doigt « l’auriculaire », et que la nature nous a déjà dotés d’un coton-tige intégré ^^

Quelques astuces Zéro Déchet, Zéro Investissement

Cet été j’ai travaillé sur la campagne Zéro Déchet, Zéro Investissement du SMICVAL, le centre de gestion des déchets du Libournais. Je ne résiste pas au plaisir de te partager le fruit de ce travail, qui te montre quelques trucs pour intégrer le Zéro Déchet dans ton quotidien sans avoir à faire péter ton porte-monnaie :

A toi de voir donc ce qui te semble utile à acheter ou pas ! Mais dans tous les cas, s’interroger sur sa pratique avant d’acheter quelque chose sous prétexte que c’est estampillé « zéro déchet », « réutilisable » ou « durable » est le premier geste important.
Pour te guider dans tes achats, va voir cette petite méthode toute simple et rapide !

Partager l’article ✨

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *